Pourquoi les soldes me haïssent ?!?!

Les fêtes de Noël à peine bouclées, on attaque sans prémédication LES SOLDES, alors que je ressens encore la nausée des lendemains d’excès….

Promptes, les boutiques ont vite fait de se déguiser en « SOLDES », vitrines barrées par d’immenses panneaux annonçant la bonne nouvelle, bazars organisés pour le  malheureux troupeau  de victimes auquel j’appartiens. Mon expérience dans le domaine est vaste et douloureuse. Si j’affronte mes erreurs avec objectivité, je dois avouer de nombreux achats incongrus à l’occasion des soldes ( liste non exhaustive car mon inconscient refuse de tout me rappeler ) : des escarpins de 2 tailles trop petits ( je rêvais de ce modèle ) et à moins de perdre quelques orteils, impossibles à porter, des ballerines trop grandes ( çà ne marche pas non plus, j’en ai perdu une en faisant du vélo), un justaucorps en flanelle grise avec un plastron en satin ivoire…( 2 heures pour l’ajuster sur mon corps, trouver un bas qui convienne ET décider que c’est importable), un tee-shirt rouge avec écrit OUI en lettres dorées ( à hurler …). En résumé, les soldes ont un effet terrifiant sur moi,  je ne m’appartiens plus. La frénésie m’habite. Bizarrement, l’euphorie tombe dés que je franchis la porte de ma maison…. Mais cette année, c’est décidé : je lutte !!! Même s’il a bien fallu faire au moins un achat pour avoir une poche….


blogsoldes

De son côté, la grande brune qui se la pète a réalisé une étude de marché dans les boutiques à partir du 2 Janvier… notant soigneusement sur son petit carnet chic les « bonnes pièces »…. Je la soupçonne même de les avoir discrètement isolées dans des zones improbables du magasin, pour être la seule à les retrouver le jour J…

Ps: Ceci n’est qu’une idée très personnelle pour lutter contre mes démons, ne marchez pas avec une poche sur la tête dans la rue. Je décline toute responsabilité !

Pourquoi je hais les grandes brunes qui se la pètent !!!

Toulouse, mon terrain de jeu favori : une boutique de vêtements.

La vendeuse gazouille à une cliente, une grande brune :

« – Essayez ce pantalon, je suis sûre qu’il vous ira à merveille.

 – Oui, il m’ira … répond la grande brune avec un brin de lassitude dans la voix. C’est bien le problème… Tout me va. Donnez moi un 36. »

( Au cas où vous vous poseriez la question, je ne suis pas CETTE grande brune )

Pour l’autre grande brune que je suis, une seule solution : la fuite. Aucune envie de voir la grande brune triompher dans son slim en cuir avec ses jambes en ruban de réglisse.

Moi, jalouse ?!!!

Histoire vraie retranscrite mot pour mot

signé : ZouZou